mercredi 26 décembre 2007

Grand concours de photo de look de la Peltag : des images du Premier prix

La Peltag a fait il y a quelques semaines l'annonce de la tenue du Grand concours de photo de look (GCPL) de la Peltag en partenariat officiel avec la soirée Mort Aux Jeunes qui aura lieu le samedi 12 janvier à la Java.



La Peltag est heureuse de vous donner un aperçu du 1er prix du GCPL, Souvenirs de la Mort Aux Jeunes (goodies et raretés siglés Mort Aux Jeunes) :




Toutes les modalités du GCPL sont par ailleurs disponibles en téléchargement au format pdf ici .

La Peltag reste à votre service pour répondre à toutes vos questions de look afin de bien vous préparer pour ce concours.

lundi 17 décembre 2007

Look et réveillon

La période de fin d'année met décidément plus qu'à l'accoutumée les usagers de la mode face à un stress intense : achat des cadeaux, gestion de l'environnement familial, préparation des looks. Cette dernière tâche est en plus complètement surestimée, dans la mesure où les magazines ont tendance à imposer une fin d'année encore plus glitter que les 11 autres mois. Il semblerait que le 31 décembre, les paillettes soient de rigueur, comme si le reste de l'année, il fallait les laisser au placard. Cela est bien sûr tout à fait faux, mais la croyance qu'un réveillon doit briller de mille feux est profondément ancrée chez les usagers de la mode. Et même si certains tentent d'en sortir, les solutions restent complexes. Pour preuve, cette question posée à la Peltag :

Chère Peltag,
Me voici bien embarrassée et je compte sur vous pour me tirer de cet embarras. Je souhaiterais aborder le cas du réveillon de la Saint Sylvestre. Mon ami qui l’organise cette année a choisi le thème « ni blanc, ni noir » : je n’avais pas prévu ce coup là ! Moi, qui ai récemment investi dans une ravissante robe-bustier à volants, style tutu - noire évidemment - que j’espérais bien étrenner pour l’occasion. Bref, il faut trouver une autre solution et je refuse de sombrer dans le tout argenté ou doré ! Ce qui me conduit à une deuxième question : ne serait–ce pas l’occasion de sortir ces collants opaques bleu marine, voire ceux bleu-vert colbert sur lesquels j’avais craqué mais que je n’ai jamais portés, faute de savoir avec quoi les assortir ? Ou bien dois-je rester plus sage avec cette récente acquisition, des escarpins vernis gris souris ? Bref, aidez-moi à y voir plus clair :
- Quel est le bon look de la Saint-Sylvestre, s’il n’est ni blanc, ni noir, ni argenté, ni doré ?
- Et si pouviez me sortir de cette errance stylistique en m’expliquant comment bien porter des collants bleu marine et des collants bleu-vert colbert ?
- Et finalement, comment « rock-n-rolliser » des escarpins vernis gris souris ?

Répondons donc à ces questions dans l'ordre :
Existe-t-il un look idéal pour la Saint Sylvestre ? En fait, il s'agit un peu d'une fausse question : la Peltag ne partage pas l'avis de certains magazines qui prétendent que le 31 décembre est l'occasion de faire les folies de look que l'on n'ose pas commettre habituellement, de sortir les paillettes à gogo en maquillage par plaques autour des yeux ou de surjouer un trip adolescent régressif façon plateformes shoes et mini jupe ("pas grave, c'est drôle ! "). Non, en toutes circonstances (sauf les atténuantes), il faut un look impeccable et le réveillon ne mérite pas qu'on s'y investisse plus qu'aucune autre grande occasion, comme une soirée Mort Aux Jeunes (pour laquelle les efforts doivent être déjà considérables, je vous le rappelle). Le calme doit donc être de rigueur quant à la préparation de ce look. Il n'y a pas d'obligation de porter de l'argenté ou du doré comme il n'y a pas d'interdiction d'en porter le reste de l'année (sous certaines conditions). Les préceptes habituels du look s'imposent donc à plein.

En ce qui concerne les collants de couleur, vous pouvez déjà vous reporter à l'article sur les modes de recouvrement des jambes qui vous donnera quelques indications. Pour ces collants bleu marine et bleu-vert colbert, j'aurais tendance à conseiller une robe plutôt courte ou un short d'hiver, l'un ou l'autre porté avec des chaussures basses ou des bottines (afin que les collants se voient vraiment et ne soient pas réduits à la portion congrue entre le genou et le haut du mollet). La difficulté tient dans la couleur de la robe en question : je verrais bien une robe en laine grise avec une ceinture bleue, portée plutôt haute, pour aller avec les collants bleu marine et créer une silhouette moderne mais dans des tons plutôt classiques (rehausser avec quelques bracelets en métal argenté et un gilet un peu court dans une tonalité de gris approchant et pourquoi pas ces mêmes escarpins gris-souris si la couleur convient). Cette tenue, plutôt daywear, est imposée par la couleur des collants, le bleu marine étant assez peu funky d'une manière générale. Au contraire, les collants bleu-vert colbert peuvent avoir un côté plus nuit car cette couleur plus originale est aussi moins sage. Le problème principal étant qu'elle est très difficile à accorder avec une autre couleur que le noir qu'elle supporte très bien sous forme de jupe, robe, ou short. Avec les nuances complexes comme celle-ci, on peut difficilement se permettre de mélanger d'autres couleurs trop fortes sous peine de créer un look arc-en-ciel pas très élégant. Le noir, dans ces cas là, est bien commode.

Quant aux escarpins gris souris vernis, qui me semblent pouvoir être portés en toutes occasions, une manière de les rock n rolliser peut être de les porter avec des collants de couleur (autres que le bleu, comme le rose et toutes ses variantes), de jouer le contraste en accessoirisant la tenue avec un sac tout sauf verni (maxi cabas en tissu à motifs), et de jouer sur les couleurs fluos qui s'accommodent très bien du gris (et souvent mieux que le noir, car le gris est plus léger et évite l'effet assommant jaune fluo + noir).

Que ce soit autour d'une paire de collants ou d'une paire de chaussures, il y a donc plusieurs possibilité de tenue pour votre réveillon, plutôt sobre mais chic ou plutôt fluokids verni. Et si aucune de ces deux possibilités ne convient, et que vous trouvez dans tous les cas que votre robe bustier fera un plus bel effet que tous les autres looks, il vous reste deux semaines pour trouver une soirée de réveillon plus compatible avec votre tenue.

La Peltag espère avoir répondu à vos questions.

jeudi 13 décembre 2007

La Peltag recommande : 3 cadeaux chics et pas chers

Alors qu'il reste à peine une quinzaine de jours avant l'échéance fatidique de Noël, beaucoup d'usagers de la mode regrettent de n'avoir pas prévu l'achat des cadeaux dès le mois de septembre, se morfondant de devoir dépenser une fortune dans des magasins bondés et prévoyant déjà la crise d'hystérie le 24 décembre à 18h alors qu'il restera encore 5 cadeaux à trouver.

Afin d'aider les usagers de la mode dans cette difficile tâche, la Peltag vous recommande 3 adresses virtuelles qui vous permettront, installé confortablement dans votre fauteuil, de choisir un cadeau original et pas cher et de vous le faire livrer directement chez vous, évitant ainsi les hordes d'usagers moins bien avertis que vous.

Première adresse, c'est Accessoires de bon goût, où vous trouverez une foultitude de badges absolument charmants, pour chaque occasion et pour tous les goûts autour de 5€. La Peltag rappelait justement récemment ici à un usager inquiet que le badge n'était pas dépassé, et en trouve une preuve dans cette collection où les badges à l'effigie d'Audrey Hepburn côtoient ceux prônant le régime dissocié ou incitant à s'embrasser.

La deuxième adresse est celle de Midnight Rendez-Vous (soutenu depuis le début par la Peltag, la preuve ici) où Reno et Lucile vous proposent de créer sur mesure un noeud tout mignon dans la matière et la taille de votre choix pour un prix de 9 à 11€. Ainsi personnalisé, l'objet que vous offrirez sera unique et complètement inédit et permettra d'orner avec chic veston, manteau ou robe, dans un style afro-rave, fleur bleue, chic anglais ou juste n'importe quoi, au choix.





La troisième adresse est www.catherine-ferroyer-blanchard.com où vous pourrez commander la K7 2 titres de Catherine Ferroyer-Blanchard, avec les tubes Chanson d'amour et C'est bien trop tard. La retour de la K7 a été à maintes reprises abordé par la Peltag, et si c'est maintenant une tendance lourde de la mode, comme rappelé ici, celle-ci n'en reste pas moins exceptionnelle car elle est une des rares fixations sur support K7 d'un tube contemporain, sans parler du charisme et de la personnalité délirante de sa chanteuse.


La Peltag espère que ces quelques adresses vous seront utiles !

mardi 11 décembre 2007

Look et sapin de Noël

Alors que le deuxième Avent est passé, beaucoup d'usagers de la mode se préoccupent de la décoration de leur intérieur pour les fêtes de fin d'année. Il semblait alors tout à fait légitime que la Peltag se prononce et fournisse quelques recommandations utiles afin que les usagers de la mode puissent sur eux, grâce au Guide spécial pour une fin d'année fashionhealthy, comme chez eux, être en accord parfait avec les règles du bon goût festif hivernal. Il est précisé que cette recommandation s'adresse aux usagers de la mode qui souhaitent s'investir dans un tel projet, la décoration spécifique de Noël n'étant pas en soi obligatoire.

La première question que l'on se pose souvent est : à quel moment installer ces décorations et à quel moment les enlever ? Une certaine flexibilité est en fait permise en la matière : si le calendrier de l'Avent et ses petites surprises chocolatées peut évidemment être suspendu dès le 1er décembre, il est recommandé d'attendre le 2e ou le 3e Avent (le 2e ou 3e dimanche de décembre donc) pour l'installation du sapin et de la décoration de la porte d'entrée. Quant au retrait des décorations, il peut raisonnablement avoir lieu juste après l'épiphanie. Il n'est en aucun cas envisageable de laisser la sapin décrépir dans son salon tout le mois de janvier, car cela donne une image négligée et nostalgique de son intérieur.

Par ailleurs, les décorations de Noël étant par nature chargées, il est recommandé de jouer la modération dans le nombre de ces décorations : on se contentera donc d'un sapin (ou équivalent, voir plus bas) bien mis et on laissera de côté les suspensions traîneau, les bougies cheminées, les sapins au pochoir en neige artificielle sur les vitres, les guirlandes autour des portes, les Pères Noël lumineux qui font hohoho quand on leur tire la barbe ou ceux attachés à leur échelle qu'on met à la fenêtre, les angelots accrochés à l'abat-jour ou encore les mini paquets cadeaux disséminés dans la corbeille de fruits secs.

Le sapin donc est le coeur de la décoration de Noël : tout d'abord, si l'on opte pour un sapin arbre, il conviendra de le choisir naturel (et non en plastique), vert (et non recouvert d'une fausse neige blanche voire rouge, si si ça existe), évidemment fourni et le plus haut possible. En effet, un sapin peut difficilement être réussi si sa taille est inférieure à 150 cm. Dans le cas d'un appartement trop petit ne permettant pas de déployer un aussi grand sapin, il est recommandé de se tourner vers des solutions alternatives plus à la mesure de l'espace disponible : branches de sapin coupées arrangées en fagot ou bien branches de noisetiers blanches ou argentées en vente chez les fleuristes.
Que ce soit un sapin réel ou un assemblage de branchages, les éléments qui y seront suspendus sont la clé de la réussite de la décoration de Noël. Les quelques principes de base à respecter sont alors les suivants:
- interdictions : les guirlandes type plumeaux à franges, les éléments composés (un Père Noël avec un renne à côté d'un traîneau sur un socle en bois), la neige artificielle, les aliments, les guirlandes en papier crépon, les personnages en pâte à sel peints à la main ;
- préconisations : les décorations aux couleurs inattendues (éviter tant que possible l'éternel rouge/vert/doré et privilégier les couleurs flashy comme le rose ou l'orangé, ou encore le blanc), les boules plates, les filaments brillants pour un sapin comme habillé de lurex, les décorations en bois.
Ces deux listes ne sont pas exhaustives mais doivent déjà vous donner une bonne idée des lignes directrices de la décoration.

D'une manière générale, il faut éviter que le sapin soit trop chargé (il faut voir le vert du sapin, les décorations ne servant en principe qu'à le mettre en valeur, lui) et trop multicolore : une idée de décoration simple mais efficace consiste à choisir une seule couleur (ou un camaïeux) pour toutes les décorations.

Concernant les guirlandes lumineuses, si les lumières blanches sont à privilégier, les guirlandes multicolores sont autorisées si et seulement si elles elles sont l'unique décoration du sapin. Il est par ailleurs recommandé d'éviter le clignotement de la guirlande qui a souvent un effet décoration de magasin et peut rapidement rendre épileptique.

Enfin, on a coutume de vouloir orner le sommet d'un sapin avec une étoile : ce n'est pas interdit par la Peltag, cependant cela n'a pas non plus un caractère obligatoire, les étoiles disponibles étant souvent plus cheap que jolies. Il vaut donc mieux plutôt s'en dispenser que de mettre une étoile sans intérêt.

Si le sapin est donc l'élément central de la décoration de Noël, la Peltag autorise également la suspension du calendrier de l'Avent (de préférence sans marque de chocolatier apparente) et la décoration de la porte d'entrée : couronne en sapin ou en branches de noisetier sont les plus communes. A cet égard, la Peltag recommande de porter un soin extrême au choix de cet élément, visible par vos voisins et par vos invités avant même d'entrer chez vous. Il serait malheureux de gâcher le spectacle d'un sapin magnifique par la vision d'une couronne bâclée, voire cheap voire moche. En la matière la simplicité et la sobriété sont donc la règle.

La Peltag espère que cet avis vous sera utile.

N.B. : pour les usagers de la mode parents, toutes ces recommandations tombent à l'eau car vos enfants voudront très probablement mettre au minimum 150 boules de toutes les couleurs de l'arc-en-ciel sur un sapin petit (comme eux) avec des guirlandes qui clignotent au rythme de la musique et le garder jusqu'au 2 février. Et comme ça leur fera immensément plaisir, vous n'aurez pas vraiment le choix. Courage à vous.

mardi 4 décembre 2007

Look et chaussons

Suite à la publication de l'avis de la Peltag sur les circonstances atténuantes de look, un usager s'interroge sur un problème récurrent: J'ai été reçu il a peu chez une amie, qui m'a accueilli vêtue d'une très jolie robe-pull, certes, mais chaussée d'un modèle de pantoufles copié de la célèbre marque Isotoner. Je ne sais qu'en penser. Faut il recevoir ses amis en chaussures ? Demander à tout le monde de se déchausser pour éviter les fossés de style entre les invités ? Proposer des patins ? Quel tourment !

En effet, la chaussure d'intérieur est une vraie gageure en terme de look. Lorsque l'on reçoit dans un cadre informel, comme un dimanche soir DVD-pâtes aux légumes, il n'est pas nécessaire d'être chaussé comme lorsque l'on sort; à l'inverse, lorsque l'on reçoit dans le cadre d'une fête ou d'un dîner attablé, il est préférable d'être chaussé correctement, tout comme si l'on se rendait chez quelqu'un d'autre.
Ainsi, votre amie pouvait légitimement ne pas porter une paire de chaussures incroyables, comme elle doit en avoir beaucoup.

Cela dit, on ne peut demander à ses invités de se déchausser (inconfort lié à l'éventualité d'un trou dans la chaussette ou d'une odeur désagréable dû au port de chaussures en plastique). Lors d'une soirée décontractée, les invités peuvent donc rester chaussés, ou s'ils sont sûrs d'eux se mettre en chaussette. Les patins sont évidemment exclus.

La question reste entière quand au type de chaussure d'intérieure, plus communément appelée chausson, que l'hôte a le droit de porter. Le chausson dont parle notre usager de la mode peut certes à première vue paraître démodé. Cependant, il s'agit d'une simple paire de slippers très simples, sans fioritures et très confortables, d'un touche très 80's, comme le rappelle la publicité d'alors dont les enjeux restent cruellement d'actualité. Ce type de chausson n'est donc pas prohibé par la Peltag. De même que les babouches, les jolies chaussettes à semelle renforcées, les chaussons ballerines ou les chaussons en tricot. En revanche, la charentaise, les chaussons en forme d'animaux, les claquettes en caoutchouc et les chaussures d'intérieur en loden ou les mules en satin à pompons sont interdites.

La Peltag espère avoir répondu à votre question.

lundi 3 décembre 2007

Grand concours de photo de look de la Peltag

Avis à tous les usagers de la mode: la Peltag organise un Grand concours de photo de look!

La propagation des appareils photos numériques permettant de faire des photos facilement retouchables et partageables sous la forme de fichiers a contribué à la multiplication des sites et blogs où sont postées d'innombrables photos de soirée où l'on voit des gens beaux et bien habillés (de The Cobra Snake à Lunettes France en passant par Face Hunter ou Fsens.com). Aujourd'hui, que l'on soit photographe amateur ou professionnel, on aime à conserver le souvenir de ses plus belles soirées, les rendre public et les partager en jpg.

La Peltag, dont un des objectifs premiers est de favoriser la créativité des usagers de la mode, a donc décidé de mettre à l'honneur la photographie de look en organisant un Grand concours de photo de look (GCPL) en partenariat officiel avec la Mort Aux Jeunes et dont voici les modalités.

**************************************************************************

Modalités du Grand concours de photo de look (GCPL) de la Peltag:

L'objectif du GCPL de la Peltag est de récompenser la meilleure photo de look; seront donc pris en considération deux éléments principaux: d'une part, le look photographié et d'autre part la composition de la photo. Il ne s'agira pas de faire une photo moche d'un look hallucinant ni une photo d'art d'un look quelconque mais de parvenir à mettre en valeur par une photo au cadre et à la lumière travaillés un look respectant lui-même le code vestimentaire de la Peltag.

Dans ce cadre, le GCPL récompensera du premier prix la meilleure photo de look, et attribuera en guise de deuxième et troisième prix des lots de consolation respectivement à la meilleure photo d'accessoire et à la meilleure photo de groupe de looks.

Pour plus de clarté il est précisé que la photo de look représente 1 personne portant 1 look, que la photo d'accessoire doit être centrée sur un accessoire (même s'il ne s'agit pas nécessairement d'un gros plan) et que la photo de groupe de looks doit représenter un groupe d'au moins 2 personnes.

La photo devra être prise lors la soirée Mort Aux Jeunes qui aura lieu le samedi 12 janvier à la Java à Belleville et envoyée par email (dans la meilleure qualité possible, minimum 300*400) à peltag.paris@gmail.com avant le lundi 21 janvier à minuit.

Le premier prix se verra attribuer un lot Souvenirs de la Mort Aux Jeunes composé de goodies aujourd'hui introuvables : badge, ballon, étiquette siglés Mort Aux Jeunes. Ce lot, d'une valeur inestimable sera remis au gagnant par un agent assermenté de la Peltag dès le lendemain de la délibération du Jury. Le deuxième et troisième prix recevront la notification officielle de leur prix sous cadre, portant logo de la Peltag.

Les prix seront décernés sur décision d'un Jury composé d'un membre du Comité de Direction Générale de la Peltag (2 voix) , d'un membre des the_bigger_splashes organisateur des soirées Mort Aux Jeunes (1 voix) , et d'un photographe professionnel (1 voix). Par ailleurs, une consultation des usagers de la mode sera organisée à travers le site www.mortauxjeunes.com entre le mercredi 23 et le dimanche 27 janvier minuit et comptera pour 1 voix également. Le Jury délibérera et communiquera le résultat du concours le mercredi 30 janvier. Afin d'éviter toute tentative de pression ou de corruption des membres du Jury, leur identité restera secrète jusqu'au jour de la remise du prix.

Le concours est ouvert à tous les photographes, amateurs ou professionnels.

***************************************************************************

Préparez-vous donc dès maintenant: commandez un appareil photo pour Noël si vous n'en avez pas déjà un, pensez à votre look et compulsez les blogs cités plus haut pour vous donner des idées. Et n'oubliez pas de lire régulièrement le blog de la Peltag afin de respecter le code vestimentaire!

La Peltag reste à votre disposition si vous avez la moindre question sur le GCPL et ses modalités. Bonne chance!

dimanche 2 décembre 2007

Les archives de la Peltag: Guide spécial pour une fin d'année fashionhealthy

En ce 2 décembre jour de l'Avent, la Peltag a jugé utile de sortir de ses archives le Guide spécial pour une fin d'année fashionhealthy publié en décembre 2006 et dont les interdits s'avèrent malheureusement toujours d'actualité.

En effet, la fin d'année est une période particulièrement chargée pour les agents de la Peltag car à cette époque fleurissent looks improbables, cadeaux ringards et ambiances de fête au bling-bling surchargé.

Pour aider les usagers de la mode à s'en tirer, la Peltag a édité ce petit guide afin que votre fin d'année soit labellisée fashionhealthy.

Ce guide est disponible en téléchargement: cliquez sur l'image ci-dessous pour la voir apparaître en grand, puis clic-droit, 'enregistrez-sous' et le guide sera téléchargé vers le répertoire de votre choix.


La Peltag espère que ce guide vous sera utile.

vendredi 30 novembre 2007

Look et lumière

Lorsque l'on compose son look, on pense en premier lieu aux pièces que l'on va utiliser pour le construire, mais on oublie souvent de faire attention à certains éléments exogènes qui peuvent pourtant avoir une influence très importante: c'est le cas de la lumière.

Un usager de la mode a soulevé cette question assez délicate en ces termes: J'ai une question pour la Peltag. Elle porte sur la lumière. Par exemple, la pénombre striée de flashes de stroboscope ne mettra pas en valeur un pantalon de tweed gris. La lumière des wagons du métro peut transformer toute personne vaniteuse en cadavre dans le reflet des vitres si son maquillage est inapproprié. J'imagine que le soleil éclatant à son zénith n'est pas non plus toujours la panacée. Bref, comment faire de la lumière, qu'elle soit naturelle ou artificielle, le meilleur allié de son look ?

Il est évident qu'il est assez difficile de composer son look en prévision du type d'éclairage de l'endroit où l'on va, cependant pour utiliser la lumière au mieux, on peut penser à quelques principes simples, qui, s'ils ne peuvent couvrir toutes les situations, aideront, je l'espère, les usagers à tirer au mieux profit de celle-ci.

Tout d'abord, il est essentiel de penser à la lumière dès la conception du look: en effet, on sait bien que la lumière naturelle est la meilleure quand il s'agit d'apprécier la couleur d'un vêtement (surtout ceux qui sont particulièrement réfléchissants, comme les matières synthétiques qui prennent différentes nuances en fonction de la lumière), c'est pourquoi il vaut mieux vérifier l'harmonie des couleurs près de la fenêtre quand la lumière du jour est encore présente. D'autre part, se maquiller est également un geste très sensible à la lumière. Si encore une fois la lumière naturelle reste la plus efficace, on préférera une lumière blanche limite crue, même si elle est très peu flatteuse, je vous l'accorde, à une lumière douce et jaune, car seule la première permettra de juger correctement la dose de poudre ou de blush et évitera de sortir de chez soi avec deux ronds roses foncés à la place des joues. De même seule ce type de lumière permet de bien repérer les défauts à éliminer (rougeurs ou poils disgracieux à épiler par exemple).
Ainsi, avant même de sortir de chez soi, on constate que la lumière doit être bien étudiée.

Une fois dehors, il est beaucoup plus difficile de pouvoir influer sur les types d'éclairage. Quand cet usager de la mode parle de la lumière du métro, il prend l'exemple typique d'une lumière affreuse qui rend moche même la plus jolie des mannequins. A cela, il n'est malheureusement pas grand chose que l'on puisse faire sauf garder à l'esprit que les autres passagers nous voient directement et non pas dans le reflet de la porte du métro, qui est en plus déformante et fait ressortir poches et cernes sous les yeux. C'est déjà cela de pris.

Dans la plupart des lieux où l'on se rend, la lumière est souvent blanche, crue voire au néon (les magasins de vêtements ou les grandes surfaces, les musées et mêmes nos bureaux). Il serait difficilement concevable d'adapter sa garde-robe à cette lumière sachant qu'elle est de toute façon ingrate et que l'on est en plus amené à changer de lieux au cours de la journée et donc à changer d'éclairage.

Heureusement, dans les lieux où la vie sociale est la plus dense, les éclairages jouent plus souvent en notre faveur: dans les restaurants par exemple, la lumière est plus souvent jaune, voire tamisée (la lumière des bougies est celle qui rend le plus beau, ce n'est sans doute pas pour rien que les dîners en amoureux sont aux chandelles), et dans les clubs, c'est souvent la pénombre qui règne, la lumière des spots colorés étant suffisamment diffuse et chaude pour être valorisante. La lumière de stroboscope (heureusement de plus en plus rare) est certes dramatique pour le teint (sans doute moins pour le look) car elle est blanche et donc ingrate (voir plus haut); la Peltag milite d'ailleurs pour la suppression de tous les stroboscopes dans les clubs.

Ainsi, la lumière est un élément omniprésent mais malheureusement trop insaisissable pour réussir à l'apprivoiser afin qu'il soit en toutes circonstances l'allié de son look. En revanche, il faut dans certains cas où l'on peut choisir l'éclairage le faire avec soin, et dans les autres garder à l'esprit que l'on est tous sous la même ampoule et, qu'elle soit à incandescence ou néon, c'est le plus joli look qui l'emportera de toute façon.

mercredi 28 novembre 2007

Look et courbes de tendances

La notion de tendance est abondamment utilisée dans le secteur de la mode et a fortiori par la Peltag dont l'acronyme, faut-il le rappeler, signifie police européenne du look, de la tendance et de l'avant-garde.

La définition de tendance est double: c'est à la fois une disposition naturelle (tendance à la gourmandise) et une évolution ou une orientation (tendance des marchés à la hausse).

Or la vraie question est de savoir comment on reconnaît une tendance. A partir de quel moment passe-t-on d'un comportement marginal adopté par quelques trendsetters à une tendance s'imposant à tous les usagers de la mode? Une tendance, à partir du moment où elle est unanimement reconnue par tous les acteurs de la mode, peut-elle encore être d'avant-garde?

Un usager de la mode posait récemment la question en ces termes: «le Figaro» (cahier «aujourd'hui» du 14 novembre) explique que, décidément, les badges sont tendance. Badges en tissu, badges à motif fleur, etc. Est-ce qu'un truc peut rester tendance quand il est dans «le Figaro»?

Afin de clarifier cette notion de tendance et de s'accorder sur un vocabulaire qui permettra à tous les usagers de la mode de s'y retrouver, la Peltag propose le découpage chronologique des tendances suivant:

la micro tendance: c'est le premier stade de la tendance qui se caractérise par l'adoption en divers points éloignés les uns des autres et sans rapport évident d'un même comportement de look. Adopter la micro tendance est le comportement le plus risqué mais aussi potentiellement le plus valorisant dans la mesure où à ce stade la tendance est encore clairement d'avant-garde.

La tendance magazine: lorsqu'une tendance s'affiche en pleine page des magazines, qu'ils soient pointus et spécialisés ou grands publics, elle s'impose déjà à tous les usagers de la mode comme validée par les instances décideuses du look (les rédactrices de mode qui s' appuient sur les créateurs, confidentiels comme industriels) et peut donc être adoptée sans danger. On parlera alors de tendance magazine.

La tendance lourde: il ne suffit pas que les pantalons larges soient dans tous les magazines pour en faire une tendance lourde de la saison. La conjonction de trois éléments permet de déterminer qu'une tendance devient lourde: c'est déjà une tendance magazine; elle se retrouve dans toutes les boutiques de prêt-à-porter, et pas uniquement les stores multimarques branchés mais aussi les chaînes telles H&M; elle est adoptée en masse dans la rue par les usagers de la mode qui la plébiscitent. Ainsi, le slim (devenu le nouveau noir, comme précisé dans la Question de look du 17 septembre 2007) d'abord reclu sur quelques podiums londoniens est-il rapidement passé à la couverture des magazines avant d'être adopté en masse par les usagers de la mode qui n'ont aujourd'hui plus aucune difficulté à en trouver dans le moindre magasin, même cheap.

La tendance sourde: cette quatrième catégorie est utile en ce qu'elle permet de définir une tendance qui ne fait pas vraiment partie des catégories précédentes: c'est typiquement le cas des tentatives de retour de certaines tendances qui essaient de s'imposer dans les magazines mais y parviennent difficilement, se retrouvent dans les magasins mais ne se vendent pas beaucoup. Par exemple, la Doc Martens déjà évoquée ici par la Peltag ne revient pas en masse mais tente depuis plusieurs années de revenir. Ainsi, elle est présente 'en sourdine' d'où le nom de tendance sourde.

Quand une tendance se développe, elle peut donc passer successivement par ses trois types de tendance (la quatrième étant souvent synonyme d'un développement anarchique de la tendance). Mais il est possible qu'elle saute une étape (comme la micro tendance, certaines étant imposées par les magazines sans net signe avant-coureur) ou que certaines restent coincées à une étape (parce qu'une micro tendance n'arrive pas à s'imposer et reste dans la confidentialité).

Pour illustrer cette chronologie, utilisons l'exemple de la K7: clairement micro tendance en 2006, alors que Catherine Ferroyer-Blanchard prépare son retour, et que certains militent en sa faveur (comme Comité Central ou le label Monster K7), elle a fait l'objet de l'attention de la presse (par exemple dans le Trax de novembre 2007) alors que sa présence sous forme de pendentifs et boucles d'oreilles la rend déjà plus visble, et a fini par s'imposer à l'industrie qui a redécouvert le motif K7 vendu désormais sur moultes sacs et tee-shirts chez H&M.

Ceci explique, je l'espère, le cycle d'une tendance: évidemment c'est tant qu'une tendance est micro ou à la rigeur magazine qu'il est le plus intéressant de l'adopter. Cependant, il ne faut pas dénigrer les tendances une fois lourdes dans la mesure où elles traduisent aussi le succès d'un accessoire ou d'une pièce manifestement plebiscité par les usagers de la mode. Et même si par snobisme, l'on a souvent tendance à vouloir la mépriser, elle constitue néanmoins pour la plupart d'entre nous au minimum 60% des éléments solides (pour ne pas dire basiques) d'une garde- robe (ce qui justifie de ne pas jeter tous ses badges à la poubelle même si le Figaro les trouve tendance).

Enfin, il faut replacer dans une perspective de plus long terme ces tendances. Si l'on raisonne ici rarement sur des durées excédant trois ans, il ne faut pas oublier que le propre de la mode est le retour incessant des tendances. C'est pourquoi il est bon et complexe à la fois de savoir faire le tri entre les pièces issues de micro tendances avortées mais susceptibles de revenir et celles issues de tendances lourdes mais qu'il est préférable d'enterrer à jamais.

La Peltag espère que ces quelques précisions vous aideront à y voir plus claire.

lundi 26 novembre 2007

Look et circonstances atténuantes

La prérogative première de la Peltag est de faire respecter les règles du look en toutes circonstances. Cependant, il en est certaines dans lesquelles il est parfois difficile de respecter ces règles, et il est important de rappeler les 3 exceptions principales afin de libérer les usagers de la mode du stress occasionné par la recherche du look parfait at any time.

Look et tenue de sport:
Quel que soit le sport que l'on pratique, il est un élément de la tenue de sport qui ne peut jamais être joli: la chaussure de sport. En effet, pour le running comme pour le basket, pour le foot comme pour la GRS, les chaussures de sport sont avant tout conçues pour être confortables et protéger notre pied. Et même si les stylistes des marques de sport vous diront qu'ils font des efforts considérables pour améliorer le design de ces chaussures, ce sont alors dans les lignes sportwear mais pour une utilisation non sportive que l'on retrouve les jolis modèles.
Ainsi, s'il est tout à fait facile et même recommandé de continuer à faire des efforts dans la constitution de la tenue de sport, la chaussure de sport moche est tolérée et les agents de la Peltag amenés à patrouiller dans les parcs, stades et autres terrains de sport, ont reçus pour consigne de ne considérer le look qu'au dessus de la cheville.
Il est à noter que les chaussures de danse (chaussons, chaussures à talons de tango) sont une exceptions à l'exception et doivent faire l'objet du même soin dans le choix que toutes les autres chaussures non sportives.

Look et tâches domestiques:
Lorsque l'on vaque à des occupations domestiques, comme passer l'aspirateur, ranger son tiroir à collants, faire les vitres ou faire de la pâtisserie, on a souvent la flemme de s'apprêter et on se laisse commettre des erreurs de looks que l'on sait patentées. Et même si une légère culpabilité peut poindre au moment où l'on saisit son vieux boot cut ou son tee shirt délavé et informe, la certitude qu'aucun agent de la Peltag ne viendra frapper à la porte rassure et apaise.
Il est donc important de rappeler, pour éviter toute culpabilité et surtout tout faux pas, que le laisser-aller (constitué par toute infraction au code vestimentaire de la Peltag) est toléré si et seulement si l'usager de la mode reste enfermé à l'intérieur et n'a de contacts que téléphoniques ou numériques avec le reste du monde. Dès lors qu'il faut mettre un pied dehors (pour faire ses courses au supermarché, aller à la Poste ou au pressing), celui-ci doit être bien chaussé et la tenue conforme aux règles de la Peltag.
Notez également que la tenue d'intérieur hors tâches domestiques n'est pas concernée, et que, même si l'on ne sort pas, squatter son canapé, regarder des DVD et consommer les pâtisseries précédemment préparées doit se faire dans une tenue réglementaire (une jolie robe pull toute douce et confortable, un sweat tout simple mais chaud et agréable).

Look et deux-roues:
En deux-roues (scooter, moto, vélo), et surtout quand la pluie, le froid et le vent frappent, il est important de bien se protéger. La Peltag avait déjà abordé cette question dans sa Question de look, Look et transports en commun, et rappelle donc que lorsque les conditions climatiques se détériorent, les usagers de la mode en deux-roues sont autorisés à porter vestes polaires bien chaudes mais moches, coupe-vent orange flashy pour se faire repérer, imperméable intégrale en plastique transparant pour se protéger de la pluie et de la neige.
Bien sûr, sitôt descendu du deux-roues, l'usager doit au plus vite retrouver sa tenue réglementaire et dispose de 5 minutes à compter du moment où il attache sa monture pour se changer. Le délai peut être portée à 8 minutes lorsque la température descend sous 0°C, le nombre de couches dont il faut se débarrasser devenant alors très important.

La Peltag reste à votre disposition pour toute question relative à ces exceptions.

dimanche 25 novembre 2007

L'organigramme de la Peltag

A plusieurs reprises, des usagers de la mode ont interrogé des agents de la Peltag afin de connaître mieux le fonctionnement de cette institution.

Après plusieurs années de bons et loyaux services, il semble en effet utile de rappeler le mode de fonctionnement de la Peltag : les usagers ne connaissant pas les origines de la création de la Peltag sont dans un premier temps invités à relire l'article écrit à cette occasion par Catherine Ferroyer-Blanchard dans Wendy Magazine (dans les archives, magazine # 3, Des looks bien policés) et qui explique ce qui a poussé à la création d'une telle institution.

L'organigramme de la Peltag est donc le suivant (cliquez sur l'image pour l'agrandir):



Le coeur du pouvoir de la Peltag est donc concentré dans le Comité de Direction Générale (exécutif), qui s'appuie sur les recommandations faites par le Grand Conseil Consultatif de la Peltag (législatif) afin d'édicter ses avis et de mettre régulièrement à jour le code vestimentaire, que les agents de la Peltag (judiciaire) sont chargés de faire respecter.
Il est important de noter que le Grand Conseil Consultatif de la Peltag s'appuie lui-même sur les comités ad hoc d'initiative citoyenne qui traitent de thèmes variés (citons par exemple les comités Sustentation et gastronomie ou Avatars et motifs). Si vous-mêmes, usagers, souhaitez créer un tel comité, sachez que pour que ses travaux soient légitimes, son existence doit être validée par le Comité de Direction Générale sur proposition du Grand Conseil Consultatif. Pour toute création de comité, adressez votre demande à l'agent de la Peltag le plus proche qui transmettra.

Les décisions du Comité de Direction Générale (qu'elles soient de sanction ou de recommandation) sont donc directement inspirées par les usagers de la mode, aussi bien à travers les comités eux-mêmes que les divers rapports témoignant de ce qui se passe dans la rue fournis par les agents, les consultants extérieurs et les services externalisés indépendants (qui tiennent par ailleurs un rôle de prospective déterminant). Il est donc essentiel de bien se rendre compte que si la structure de la Peltag peut paraître autoritaire à première vue (rôle purement consultatif du Grand Conseil, concentration du pouvoir exécutif et législatif réel dans le Comité de Direction Générale, absence d'élection pour en nommer les membres qui sont les créateurs historiques de la Peltag), la base, c'est-à-dire les usagers de la mode restent la source d'inspiration première de toutes les actions de la Peltag .

La Peltag rappelle ainsi que c'est donc notamment à travers les questions de look posées par les usagers que son travail peut s'accomplir dans de bonnes conditions. La Peltag a donc hâte d'en recevoir par dizaines.

Mais la Peltag vous fait confiance.

mercredi 7 novembre 2007

Look et ceintures

Encore une question d'accessoire qui taraude un usager de la mode qui nous pose la question suivante : ' j'ai acquis il y a quelques temps une ceinture de très belle facture, réunissant du vert rose et jaune fluos, munie d'une boucle 90's tout à fait de circonstance, un achat presque parfait donc. Cependant, la taille est un véritable problème, ni taille haute, ni taille basse (même si beurk), mon accessoire fétiche à tendance à flotter entre deux.
Que me conseillez vous? dois je abandonner un fleuron de ma collection? ou tirer un trait sur la mise en valeur d'une taille que je travaille à grands coups d'abdos? ou encore, et là, je n'ose l'imaginer, créer un autre trou?! "

Tout d'abord, il est important de rappeler que oui, la ceinture est un accessoire fondamental. Une magnifique ceinture bien mise en valeur (comme celle décrite ici qui a l'air assez parfaite, en effet) peut à elle seule être une bonne base de look. Et même si aujourd'hui l'harmonisation à outrance du trio chaussures/ceinture/sac constituerait un total look sans doute de mauvais goût, ces 3 éléments séparés ou ensemble sont à choisir avec soin.

Cependant, je ne serais pas aussi catégorique que cet usager qui a l'air de sous-entendre que la ceinture portée taille basse est 'beurk'. En effet, avec un slim taille basse, la ceinture pas trop épaisse est de rigueur. La ceinture large portée taille basse est acceptée par exemple avec une robe coupe droite pour créer une silhouette 60's. Portée taille haute, elle peut se permettre toutes les fantaisies, avec une robe, un pantalon taille haute (mais attention aux passants qui doivent soit rester complètement invisibles soit être adaptés à la largeur de la ceinture), une combinaison...

En ce qui concerne le cas pratique soulevé ici, il n'est évidemment pas question ni d'abandonner cette ceinture ni de prendre du poids pour s'ajuster à elle. La solution du trou supplémentaire me semble être la plus simple et la plus efficace. Pourquoi d'ailleurs en parler avec tant d'effroi?
Il va juste falloir respecter certaines règles: si la ceinture est en cuir, ne pas tenter de faire soi-même le trou, mais se rendre chez un cordonnier qui dispose de poinçons qui permettront de faire un trou régulier et à la même taille que les autres (et qui ne fera même pas payer dans la plupart des cas, encore moins si vous en profitez pour apporter un talon à refaire par la même occasion); si la ceinture est en tissu, ça se corse un peu et il faudra prévoir d'acheter en mercerie un anneau qui viendra délimiter les bords du nouveau trou et empêchera que celui ci ne s'élargisse (un petit coup de marteau suffit en général à fixer les deux anneaux qui se posent des deux côtés de la ceinture).

La Peltag espère avoir répondu à votre question.



mardi 6 novembre 2007

Look, pulls et tricot

L'hiver n'a pas officiellement commencé et pourtant les très froides températures sont déjà bien là. Notre look doit s'adapter pour respecter à la fois le sacro-saint principe de la saisonnalité du look et maintenir une chaleur corporelle suffisante pour rester en vie. A cet effet, il est une pièce de la garde-robe hivernale bien commode, le pull.

Un usager de la mode questionnait récemment la Peltag à ce propos : 'La Peltag a-t-elle une jurisprudence favorable aux gros pulls en laine (voir aux pulls taille XXXXXL)? Et si non compte- t-elle la revoir, à la vue des derniers défilés de prêt à porter homme pour la saison Automne-Hiver 2007-2008?'

Voici donc quelques recommandations de la Peltag pour bien choisir ses pulls :

* la matière: la matière privilégiée est évidemment la laine. Mais bien consciente des contraintes imposées par cette matière (pure, elle gratte; elle ne passe que difficilement en machine; de bonne qualité, elle est assez onéreuse...), la Peltag autorise également le cashmere, l'angora et les mélanges mi-synthétique mi-matières naturelles (laine, coton, cashmere).

* la forme / la taille : pour répondre à la question ci-dessus, oui, les pulls sont des pièces qui se prêtent très bien à l'oversize. Le principe de la robe-pull, hautement recommandée, est par exemple une extrapollation au maximum du pull oversize. A contrario, il est totalement exclu qu'un pull soit juste voire un peu petit. S'il peut sans difficulté être étriqué et près du corps, il ne peut pas se permettre d'être trop court (notamment au niveau des manches, sauf si elles sont délibérement 3/4) ou de boudiner la silhouette en laissant apparaître par exemple les plis du vêtement porté dessous.

* la couleur / le motif : le pull est une pièce qui supporte très bien l'originalité, voire la fantaisie. Les motifs Disney recommandés sur des chaussettes se prêtent aussi fort bien au jeu de l'illustration de pull. Les marchands de laine proposent par ailleurs aujourd'hui une grande variété de coloris, et même des fluos. On trouve enfin des pulls vintage à paillettes et sequins complètement incroyables qui créent un look à eux seuls.

C'est d'ailleurs pourquoi la recommandation ultime de la Peltag est d'inciter les usagers de la mode à se mettre au tricot afin de créer eux-mêmes des pulls incroyables. Si tous les usagers de la mode ne se sentent pas capable de tricoter un pull à motifs pieds-de-poule, ils pourront facilement, en utilisant un patron de base, laisser libre cours à leur imagination en choisissant des couleurs folles ou en créant des motifs improbables. Le pull ainsi créé sera d'autant plus remarqué que le motif ou la couleur seront décalés et qu'on comprendra immédiatement qu'il ne peut avoir été acheté dans le commerce.
De plus, le tricot est une activité saine, un travail manuel précis qui permet de penser à autre chose tout en créant un objet dont on sera fière une fois terminé, malgré les quelques ratés inévitables du début.

Et si l'idée de tricoter vous paraît insupportable, une grand-mère qui s'ennuie (la vôtre ou une autre d'ailleurs) sera sans doute ravie de le faire pour vous!

La Peltag recommande K7 et cas sociaux

Le chef du service d'information clubbing de la Peltag, Crame, est heureux d'annoncer la naissance d'une nouvelle soirée régulière, installée aux Disquaires, le nouveau bar de Guido vers Bastille, et qui s'appelle K7 et Cas sociaux.

La Peltag recommande à tous les usagers de la mode se trouvant à Paris le jeudi 8 novembre à partir de 21h de s'y rendre, pour plusieurs raisons:

* encourager le retour de la K7 : déjà avec Catherine Ferroyer-Blanchard, l'industrie de la musique a été traversée par un souffle de renouveau qui a bien failli la relever. Il aura manqué à peine quelques ventes supplémentaires pour que tout un secteur économique ne renaisse. Aujourd'hui, le marché de la K7 d'occasions est en plein boum et c'est un espoir incroyable pour tous les vendeurs de K7 sur les marchés de France et de Navarre.

* soutenir les cas sociaux : et lutter contre la discrimination qui les touche en se revendiquant soi-même cas social, en se faisant offrir des verres déjà pas chers par un inconnu, ou en arborant fièrement ses relevés Assedic.

* arborer un look K7 : badge, broche, tee-shirt, sweat, robe K7, toutes les déclinaisons de cet accessoire MEGA DO seront à montrer, comparer, envier...





En plus, un agent de la Peltag sera présent pour répondre à toutes vos questions de look K7 et peut-être distribuer quelques bons points looks!

lundi 29 octobre 2007

Look et sacs pour hommes

Une nouvelle fois, l'accessoire semble être au centre des questions des usagers de la mode. Pour preuve, la question de cet usager:

"Bonjour, dans un souci constant de respect aux règles du bon goût et de la tendance, j'aimerais questionner la Peltag au sujet du port du sac. J'ai en effet croisé hier, un individu portant un mini sac à dos en simili cuir. Oui, celui qui était en vogue dans les années 90, au moment des totoches. Cet égarement, que je considère moins grave que le port de la banane m'amène à vous demander les usages du port du sac pour homme."

Tout d'abord, un constat évident: en effet, le 'mini sac à dos' en simili cuir est formellement interdit par la Peltag. A la fois moche (le simili cuir est souvent d'une couleur marronnasse douteuse ou dans un patchwork de simili cuirs avec des grosses coutures apparentes hideuses), inutile (sa taille empêche d'y mettre quoi que ce soit de valable comme un livre ou un agenda) et ridicule (ce micro sac à dos porté au milieu d'un dos qui semble alors immense ne signifie rien), ce sac combine toutes les caractéristiques du sac interdit par la Peltag.
Cependant, notre usager semble penser que le sac banane est pire. Cela impose donc une remise à plats des quelques grandes tendances du sac pour homme autorisé par la Peltag.

* le sac banane: en effet, porté dans certaines circonstances exclusivement festives et dans une version délibérément ultra paillette, il peut se convertir en un accessoire de look non négligeable.

* le cabas en tissu: simple mais efficace, c'est un des types de sacs pour hommes qui peut le plus laisser s'exprimer une certaine fantaisie, par l'apposition d'un logo intéressant, d'un motif surprenant, d'une couleur chatoyante.

* le petit sac de voyage: dire qu'il est petit signifie qu'il ne s'agit pas d'une valise, mais plutôt d'un sac format week-end. C'est l'équivalent masculin du sac en cuir oversize féminin. Il peut être plutôt sportif dans une version 'tube', classique dans une version 'cuir vieilli' ou nu-rave dans une version fluo à motifs géométriques fantaisie.

* le sac en cuir: pour ceux qui souhaitent investir dans cette matière plus noble, il existe de nombreux modèles en cuir souvent dérivés de la forme du cabas originel, le plus souvent à poignées courtes et sans bandoulières. C'est aussi une bonne option de mi-chemin entre sac à main et attaché-case.

Interdictions: le mini sac à dos en similicuir, le sac plastique promotionnel (même un sac plastique 'Mort Aux Jeunes', eh oui), le mini sac noir à bandoulière (comme le connu Manhattan Portage), la besace pseudo rigide à rabas (ici, de la même marque), le sac à dos asymétrique (en voilà un de la marque Viahero), la sacoche de Papa portée à bout de bras (comme ici).

Évidemment, le marché du sac est très difficile à délimiter car c'est un accessoire qui permet beaucoup de créativité et il serait illusoire de penser qu'on peut dresser la liste exhaustive des sacs pour hommes autorisés. C'est pourquoi la Peltag reste à la disposition des usagers de la mode pour répondre à leurs demandes spécifiques sur des modèles précis qui n'auraient pas été évoqués ici.

jeudi 25 octobre 2007

Look et collègues de bureau

La Peltag a été interrogée par un usager de la mode sur une question fondamentale: comment se distinguer de ses collègues quand ceux-ci arborent un look incroyable?

Voici sa requête:

"LES FAITS
Ma collègue de bureau arbore un look incroyable, quotidiennement renouvelé.
Les avis de la PELTAG n'ont plus de secret pour elle. Pire : elle pousse le vice jusqu'à porter des accessoires classes, et humilie tout l'open space en faisant preuve d'une régularité vexante dans l'intelligence de ses choix.

LA QUESTION
Comment faire face à cet affront quotidien ? Si je copiais ses tenues, je passerais aux yeux de tous pour l'insignifiant follower que je ne suis pas.
Quel look différent pourra-t-il donner le change à son look incroyable ? (qui n'a de pair que la stabilité avec laquelle elle l'arbore)"

Cette question est cruciale. En effet, lorsqu'on prépare un look pour une soirée ou un évènement particulier, la notion de 'one shot' du look nous rend confiant dans l'idée qu'il sera très improbable que l'on croise quelqu'un qui porte le même look ou un look très approchant. Le milieu professionnel nous place dans une perspective complètement opposée: comme le souligne cet usager, non seulement il nécessite que l'on s'habille TOUS LES JOURS avec style, mais en plus, l'humiliation potentielle d'être looké comme un ou une collègue est quotidienne, et le stress qui en découle profond et très usant. Certes, certains milieux requièrent plus que d'autres que l'on ait un style parfait car les collaborateurs d'une SSII sont moins dangereux du point de vue look que ceux d'un bureau de style. Mais dans tous les cas, on peut être confronté à la délicate situation dans laquelle se trouve l'usager déboussolé qui nous écrit.

La recommandation de la Peltag à cet usager est donc la suivante:

* tout d'abord, il est vain d'essayer de surpasser la collègue en question: elle a l'air très bien informée (et manifestement sa lecture de ce blog y est pour quelque chose) et il semble difficile de pouvoir la battre sur son propre terrain. Trouver un accessoire plus incroyable, plus inédit, plus classe, peut lancer dans une course frénétique et assez vaine, qui n'est sans doute pas la meilleure solution.

* l'idée directrice doit être de jouer la démarcation. En effet, si elle se place sur le registre du classe chic, sobre et très efficace, il faut essayer de la battre sur le terrain de l'originalité et de l'audace. Il faut en fait étudier précisément son look pour voir où se trouvent non ses lacunes (car elle semble ne pas en avoir et être sûre de ses goûts) mais ses préférences mineures pour s'engouffrer dans cette brèche. Il ne s'agit évidemment pas de porter une jupe longue vert pomme sous prétexte que c'est 'original' et qu'elle n'en a jamais porté (et c'est avec raison), mais plutôt d'apprendre à manier un langage mode différent qui singularisera l'individu. Je n'ai pas assez d'éléments sur le style de la collègue de cet usager pour donner des indications plus précises, mais il est évident que chacun privilégie une tendance de styles à une autre et qu'il existe toujours des styles inexplorés mais intéressants.

* à côté du travail sur son propre look, l'usager en question peut aussi travailler sur sa relation avec sa collègue pour 'soulager' son angoisse. Deux stratégies peuvent alors s'appliquer.
La première est la stratégie de la 'mégère', pas forcément reluisante mais assez jouissive. Elle consiste à relever méticuleusement tous les détails du look quotidien de sa collègue: elle finira bien un jour par porter le même pull incroyable dans la même combinaison de look, commettre une erreur d'inattention sur l'assortiment des ses boucles d'oreilles à sa coiffure ou porter un vêtement légèrement élimé ou usé en espérant que personne ne le remarquera. C'est à ce moment qu'il faudra placer une remarque cynique et bien sentie qui l'humiliera devant tous ses collègues. ATTENTION: cette technique est assez périlleuse et ne peut être pratiquée que pas les usagers de la mode assez confiants en eux-mêmes et capables de faire face au sens de la répartie potentiel de la collègue en question.
La deuxième stratégie conviendra sans doute mieux aux usagers qui ne s'en sentent pas capables. Elle consiste à être gentil et à se faire une amie de la collègue en question. Par amie, il ne faut pas entendre nécessairement confidente ou proche, mais fashion friend. En lui faisant des remarques valorisantes sur son look, si possible argumentées par des idées susceptibles de l'intéresser tout particulièrement (par exemple: 'Super ta combinaison, la Peltag dit que c'est un Do, t'es vraiment une pro de la tendance, toi'), il s'agit de la transformer en une aide qui vous permettra d'avoir accès à son carnet d'adresses shopping et à ses conseils avisés in situ (au bureau).

La Peltag espère avoir répondu à votre question.


mardi 23 octobre 2007

Les archives de la Peltag: Guide de l'Amour en carton

Après les moyens télématiques de communication, la Peltag sort de nouveau de ses archives certains précieux conseils qui s'avèrent toujours utiles.

Ainsi, le Guide de l'amour en carton, édité à l'été 2006, mérite d'être remis à l'honneur car tous les usagers de la mode à qui s'adresse la Peltag pourront en avoir besoin un jour où l'autre.

Commençons par rappeler une définition: l'amour en carton est un amour fragile et incertain. Une histoire d'amour en carton est une histoire amoureuse à l'issu douteuse et dont les protagonistes assument le caractère vain. Contraire: une relation SME (stable, mature et engagée).

Face à la multiplication des histoires d'amour en carton, la Peltag vous livre ce mini guide pour bien vivre une histoire d'amour en carton.

Ce guide est disponible en téléchargement: cliquez sur l'image ci-dessous pour la voir apparaître en grand, puis clic-droit, 'enregistrez-sous' et le guide sera téléchargé vers le répertoire de votre choix.




La Peltag espère que ce guide vous sera utile.

vendredi 19 octobre 2007

Addendum à l'avis du 11 octobre sur Look et mode de recouvrement des jambes

La Peltag regrette d'avoir à informer les usagers de la mode qu'elle a été trop imprécise dans l'avis du 11 octobre sur les différents modes de recouvrement des jambes.

Tout d'abord, en ce qui concerne les motifs de chaussettes masculines, un usager a à juste titre fait remarquer que les motifs BD étaient interdits. Or, il faut être plus précis en la matière. Les motifs BD sont interdits quand ils mettent en scène des personnages beaufs, moches ou simplement trop délavés: Homer Simpson (bien que je soupçonne qu'il fasse rire certains usagers), Fido Dido, Betty Boop et consors sont exclus (attention, il est bien claire que l'on parle ici de motifs de chaussettes, et non d'autres supports, Fido Dido pouvant tout à fait être représenté sur un tee-shirt dans certains cas précis, s'adresser à l'agent de la Peltag pour plus de détails).
Les personnages issus de la mythologie Disney, eux, sont différents. Regardez par exemple cette image:


On y trouve des noeuds et des pois, DO absolus de la Peltag. N'est-ce pas un signe?
Les personnages de la mythologie Mickey sont quasiment tous mignons et attendrissants (exception faite des personnages des Toy Story et des dessins animés non dessinés du même type), même Riri, Fifi et Loulou, n'en déplaise à certains. En plus, représentés sur des chaussettes, ils sont souvent mis dans des situations intéressantes: ils se font des bisous ou conduisent des voitures incroyables.
L'esthétique et la vision du bonheur qu'inspirent ces personnages en font des DO du motif sur chaussette.

Autre oubli, oserais-je dire impardonnable, de la Peltag, la mention des leggings comme mode de recouvrement des jambes. En effet, voilà plusieurs années que ces collants coupés ont fait leur apparition sur les jambes des usagers de la mode, souvent de sexe féminin. Il faut reconnaître qu'ils sont pratiques (ils permettent de porter une mini jupe sans craindre à chaque fois qu'on s'assoit de montrer ses sous-vêtements à n'importe qui, et ils réchauffent considérablement la jambe) et qu'ils peuvent être plutôt jolis. Et même si certains usagers parlent régulièrement d'une overdose de leggings, la Peltag continue à les recommander, si certaines conditions sont remplies:

* ils sont opaques et unis
* ils ne sont pas couplés avec une paire de chaussettes montantes qui cacheraient le bout de mollet qui distingue les leggings des collants
* ils sont portés à bonne hauteur: soit à mi mollets (hauteur standard qui convient quasiment à toutes les utilisations) ou très bas, au niveau de la cheville (dans une version plus stylisée, souvent avec des jolies chaussures à talons). En aucun cas les leggings ne seront portés juste sous le genou, sauf peut-être pour faire du running.

La Peltag reste à la disposition des usagers de la mode qui auraient besoin d'éclaircissements et vous prie encore de l'excuser pour ces oublis.

mardi 16 octobre 2007

Les archives de la Peltag: les moyens de communication télématiques

Notre époque moderne nous offre un très large panel de moyens télématiques de communication: téléphone, email, messagerie instantanée, sms...sont à notre disposition pour échanger des informations avec nos paires.
Or, face à cette multitude de moyens, il est souvent difficile de choisir lequel employer dans telle ou telle circonstance précise. En effet, est-il plus judicieux de rompre par sms ou pas post it, doit-on se décommander à un dîner par téléphone ou par courrier?

La Peltag, soucieuse du bien être communicationnel des usagers de la mode, s'est exprimée sur cette question en publiant un avis officiel sur l'utilisation des moyens de communication télématiques sous la forme d'un grand tableau récapitulant les principales situations de communication courantes et proposant pour chacune le moyen de communication adaptée.

Ce tableau, déjà présenté il y a quelques mois à certains usagers, est disponible ici en téléchargement: cliquez sur l'image ci-dessous pour la voir apparaître en grand, puis clic-droit, 'enregistrez-sous' et ce tableau très utile sera téléchargé vers le répertoire de votre choix. Les usagers de la mode sont invités à le choisir comme fond d'écran de leur ordinateur pour l'avoir toujours à portée de main ou à l'imprimer et l'afficher dans leurs toilettes, afin de les mémoriser progressivement.



La Peltag reste évidemment à la disposition de tous les usagers qui auraient besoin d'éclaircissements sur ce tableau.

jeudi 11 octobre 2007

Look et mode de recouvrement des jambes

Alors que le froid arrive et que les vêtements d'été à peine portés regagnent déjà les cartons du fond de l'armoire, certains usagers de la mode semblent en difficulté à l'heure de choisir le type de sous-vêtement de jambes qui les protégera du vent glacé de l'hiver.

En effet, chaussettes, collants, bas, mi-bas, laine, voile, mousse, opaque, à élastique...les industriels de la mode ont su créer une variété de produits ayant pour usage le recouvrement de tout ou partie de la jambe. La Peltag publie aujourd'hui sa recommandation en la matière.

Recouvrement du pied:
Soyons claire, pour les hommes il s'agit la plupart du temps de chaussettes, pour les femmes il peut s'agir également de socquettes en voile.
Messieurs, soyez rassurés, en matière de chaussettes, rien n'est interdit SAUF LES CHAUSSETTES DE SPORT A BANDES qui conviennent UNIQUEMENT avec des chaussures de sport que l'on met pour vraiment pratiquer un sport (non, porter une paire de baskets adidas à l'esprit vintage ne signifie pas que l'on est sportif, mais souvent juste qu'on veut être un peu cool).
Toutes les couleurs et tous les motifs sont autorisés, pour peu qu'ils s'accordent avec le pantalon et la chaussure (de manière évidente ou en accord avec les règles du mismatching précisées ici)
Mesdemoiselles, si vous portez des chaussures comme des escarpins (échancrés ou fermés, plats ou à talons), la petite socquette en voile est de rigueur. Attention, si vous devez la choisir d'une autre couleur que noire, veillez bien à ne pas choisir une couleur d'inspiration chair trop foncée, qui donne un aspect bronzé fake raté du plus mauvais effet.

Recouvrement du pied au genou:
Deux catégories de sous-vêtements de jambes sont ici visés: le mi-bas et les jambières (ces chaussettes très hautes qui s'arrêtent à mi-cuisse).
Les mi-bas sont très difficiles à porter: ils cisaillent la plupart du temps la peau en dessous du genou et sont atrocement moches en soi. Cependant, leur praticité reconnue les rend encore indispensables quand certaines conditions sont réunies: ils ne sont pas en mousse mais en voile, ils sont d'une couleur neutre (noire ou chair claire), ils sont renforcés au niveau de la plante des pieds pour ne pas filer lamentablement jusqu'au sommet, ils sont d'assez bonne qualité pour que l'élastique tienne et que le mi-bas ne dégouline pas sur la chaussure après avoir marcher 100 mètres, ils ne sont pas portés s'il est envisagé de se déshabiller devant un quelconque être humain.
Les jambières sont, quant à elles, formellement interdites. Même si certains magazines de mode tentent de nous faire croire en ce moment même à leur retour, il n'est pas raisonnable de penser qu'il peut être joli de se promener avec des jambières telle une adolescente se croyant punk qui assortit les rayures de son tee-shirt à ses chaussettes avec sa mini jupe trapèze noire.


Recouvrement du pied au haut de la cuisse:
Il s'agit essentiellement ici du collant. D'une manière générale, il vaut mieux lui préférer le bas (le must étant les bas couture), tant que la tenue portée est sensiblement plus longue que le niveau où le bas laisse apparaître la peau. Le bas est plus joli, plus sexy et beaucoup plus commode en ce qu'il ne crée pas une ligne de démarcation au milieu du ventre où il s'arrête fréquemment lorsqu'il est bien remonté. Par ailleurs, les bas qui tiennent seuls peuvent être réutilisés à l'infini à condition de mouiller la partie adhésive avant chaque utilisation, pour éviter qu'il ne glisse et finisse au niveau du genou.
Si l'on doit porter des collants impérativement, il faut les choisir voile ET SURTOUT PAS MOUSSE. Les collants en mousse sont FORMELLEMENT interdits par la Peltag. Toute femme de moins de 55 ans vue en train de porter des collants en mousse sera sanctionnée.
Si l'on veut porter des collants fantaisies pour égayer sa tenue, c'est tout à fait possible, mais en matière de collants, la fantaisie se limite à la couleur, car le motif est très souvent affreux. Seules les petites filles ont le droit de porter des collants à motifs coccinelles ou les adolescentes des motifs géométriques funky. En revanche, toutes les couleurs sont possibles, de la plus flashy voire fluo à la plus classique, mais de préférence sur un collant opaque. Soulignons que la Peltag recommande très fortement le collant blanc opaque s'il n'est pas porté avec du noir mais avec des couleurs franches et des chaussures type bottes.

La Peltag ne recommande pas de porter des escarpins avec des chaussettes quand on porte une jupe ou une robe, en revanche elle précise qu'il est possible de porter des chaussures ouvertes avec des collants, si et seulement si ceux-ci sont opaques.

Ainsi parés, les pieds, genoux et jambes seront prêts à affronter l'hiver confiants de leur look.

mardi 9 octobre 2007

Look et soirée à Courbevoie

Un usager de la mode souhaitant venir en aide à une de ses amies nous demande:

Je souhaite faire appel à vos services concernant une question de la plus haute importance: ma copine Delphine peut-elle décemment se rendre à une soirée à Courbevoie au-dessus d'un centre commercial (détail qui a son importance) en leggings, pull angora, robe léopard et sac Dior?

Pour aider Delphine, voici quelques pistes de réflexion:

Tout d'abord, avant de se poser la question du look il faut se poser la question de l'opportunité d'aller à une soirée à Courbevoie au dessus d'un centre commercial. De quel type de soirée s'agit-il? Est-ce une soirée underground qui tente de détourner les codes de la surconsommation contemporaine pour dénoncer les méfaits du capitalisme, une fête entre amis, le vernissage d'une exposition d'art numérique ou une soirée Paëlla organisée par le comité d'action locale pour la défense du magasin de spécialités espagnoles du-dit centre commercial? Dans le premier et dans le dernier cas, Delphine ne doit pas y aller de toute façon.

S'il s'agit donc d'une fête entre amis ou d'un vernissage, la question du look se pose en 2 termes: quel moyen de transport utilise Delphine (je vous invite à vous reporter au bulletin 'Look et Transports en commun' du blog de la Peltag pour calculer le coefficient risque de sa tenue et savoir quel moyen de transport utiliser) et quelle impression veut-elle donner?

Le look tel que vous le décrivez me semble d'inspiration 'poupée rose'. Un style assez flashy, qui joue sur les codes du chic un peu vulgaire tel que voudrait le représenter Paris Hilton (qui a perdu le chic en route). Cependant, ce look peut tout à fait bien passer si les éléments qui le composent sont légèrement décalés, par exemple comme suit: les leggings doivent être noirs et bien opaques et s'arrêter juste au niveau de la cheville, la robe à imprimé léopard ne doit pas être cheap et comporter de dentelle, il faut préférer une robe en coton à une robe en soie pour donner un côté plus daywear à la robe; remplacer le pull en angora par une capeline de la même matière qui viendra couvrir les épaules sans casser la silhouette comme le ferait un pull; enfin, dans la série des sacs Dior, un sac sans motifs apparents, mais à motifs ton sur ton, de préférence de forme baguette ou bien à l'inverse en version maxi cabas (mais surtout pas en version sac de jour à anses et contenance moyennes), accompagnera bien le tout.
Un maquillage léger, des bijoux pas trop clinquants (à l'exception peut-être d'un beau et large bracelet noir) et des chaussures à talons fermées viendront compléter cette tenue parfaitement.
Le look ainsi adopté sera chic, sexy et un peu show off sans être vulgaire ou évident.

La Peltag espère avoir répondu à votre question et souhaite à Delphine de passer une agréable soirée.

lundi 8 octobre 2007

Look et mismatching

Aujourd'hui, la Peltag répond à une question pointue d'un usager de la mode.

"Quelles sont les limites du "mismatching" ? Existe-t-il une règle de trois, un tableau de références croisées, une série de recommandations, que sais-je encore , pour savoir si telle chemise est TROP désassortie à la veste ou alors juste assez pour apparaître comme une prise de position esthétique. Notez que ma question ne concerne pas uniquement les motifs et les couleurs mais aussi les champs lexicaux évoqués par tel sac, tel sweat-shirt, etc..."

Tout d'abord, il est intéressant de revenir sur la notion de mismatching: on peut le définir comme le fait d'assembler des éléments qui a priori ne vont pas ensemble. Le mismatching peut être involontaire (et revient à commettre une banale faute de goût sur le choix des éléments du look), ou revendiqué (tel que le suggère la question de notre usager). Nous ne nous attarderons que sur le second type de mismatching, le premier étant de toute façon interdit par la Peltag.

En effet, la question du mismatching revendiqué est complexe car elle pousse la Peltag dans ses retranchements et la confronte aux limites de la codification du style, voire de l'avant-garde. Un usager demandait par exemple si un look entièrement constitué d'infractions à la Peltag n'en devenait pas avant-garde et donc tendance. La réponse pragmatique a été de dire: oui, il faut oser ce look constitué d'infractions. Quitte à subir sur le coup des 'remontrances' qui par la suite établiront le porteur du look comme héraut de l'avant-garde incomprise.

En matière de mismatching, on est donc souvent à deux doigts de frôler l'infraction. La frontière entre le réglementaire et le prohibé est très délicate à situer. Néanmoins, la Peltag va tenter de définir quelques règles permettant d'évaluer les risques d'infractions pour les adeptes du mismatching.

* en matière de couleur, il n'existe pas de mismatching à proprement parler, dans la mesure où chaque couleur doit en soi être jolie. Le bleu turquoise, qui fait partie des couleurs peu recommandées par la Peltag, peut difficilement être mismatché correctement, quelle que soit la couleur juxtaposée. En revanche, un beau jaune moutarde (qui fait partie des couleurs que la Peltag tente de remettre au goût du jour) peut parfaitement s'accorder avec n'importe quelle autre couleur, si tant est que cette dernière soit jolie.
* en ce qui concerne les matières, presque tout peut être tentée, sachant que d'une manière générale, on privilégie (sans que l'inverse soit interdit par la Peltag) les matières majoritairement naturelles aux synthétiques.
* le principe de la saisonnalité s'applique à fond quand il s'agit de mismatcher, même si dans un look très travaillé il peut être légèrement nuancé. En effet, une robe à fleurs légère avec une veste en tweed ne peut être validée par la Peltag, alors qu'une robe tee-shirt légère avec la même veste en tweed est plus susceptible de passer.
* c'est en matière de motifs que le mismatching est le plus fréquent mais aussi le plus délicat. D'une manière générale, la Peltag conseille de jouer sur les autres facteurs plus que sur le motif car il est très rare de trouver deux motifs qui se supportent mutuellement. A la rigueur, le motif d'une chemise peut s'accorder avec un autre motif de veste, mais seulement à condition que le premier soit très léger, voire à peine visible.
* enfin, les styles peuvent être mismatchés en respectant le tableau suivant(1):


(1) Seuls les styles validés par la Peltag sont mentionnés dans ce tableau, sans exhaustivité cependant, c'est pourquoi le streetwear ou le look Barbie n'y figurent pas.

La Peltag espère avoir répondu à votre question.

Les avis de la Peltag du 6 octobre 2007

La Peltag remercie chaleureusement tous les usagers de la mode qui sont venus à la Mort Aux Jeunes qui a eu lieu samedi soir à la Java. Ce fut un franc succès et une part du mérite en revient à tous ces looks incroyables qui ont récolté bons points par dizaines.

Pour raviver la mémoire des présents et informer les absents, la Peltag publie aujourd'hui les 6 avis illustrés par Mlle ChatChat qu'elle a dévoilés lors de la soirée.











jeudi 4 octobre 2007

Résultat du grand débat sur la chaussure masculine non sportive et recommandations de la Peltag

Vous avez été nombreux à participer au premier grand débat lancé par la Peltag sur le thème de la chaussure masculine non sportive. La Peltag remercie tous les participants et remet aujourd'hui les conclusions de ce débat ainsi que ses recommandations officielles.

Nous nous étendrons peu sur la chaussure d'été, cette saison ayant disparu de notre calendrier. Cependant, si vous voyagez dans les pays chauds pour des vacances ou un déplacement professionnel, vous pourriez vouloir savoir que la chaussure plébiscitée par de nombreux usagers de la mode est la spartiate. Reléguée au fond du placard, la tong, considérée comme amochissante et ne respectant pas le principe du développement durable, disparaît des garde-robes.
La Birkenstock pour homme semblant faire, selon un usager, son retour très prochainement, la Peltag suspend son jugement sur la chaussure d'été, en attendant d'avoir plus d'éléments sur les modèles et coloris des prochaines collections. Car il faut bien dire que le scepticisme règne quant à la pertinence du choix d'un tel type de chaussures, souvent assimilées à la beaufitude la plus crasse.

Ce rejet de la chaussure cheap au profit de matières plus nobles se retrouve dans le choix des usagers de la mode en ce qui concerne la chaussure d'hiver: les maître-mots semblent alors être authenticité et qualité. Il faut dire qu'il est beaucoup plus difficile pour les hommes de multiplier les paires de chaussures en achetant des modèles sympas et pas chers, comme peuvent le faire les filles avec les chaussures chinoises (comme le rappelait récemment la Peltag à un usager de la mode l'interrogeant sur cette question). On comprend donc qu'ils préfèrent mettre le prix dans un modèle plus résistant quand ils en trouvent un, ce qui est manifestement rare. De même les détails cheap sont-ils immédiatement évacués par les usagers de la mode qui rejettent en masse les coutures apparentes et le mauvais assortiment des chaussettes à la chaussure.

Les deux grandes tendances qui se dessinent sont donc les suivantes:

* le soulier: on ressent chez tous les usagers de la mode qui se sont exprimés un désir de vintage, voire de rétro qui est retranscrit ici par le terme choisi de soulier. Qu'il soit d'inspiration Gainsbourienne à la Repetto verni ou d'inspiration 70 à bout rond, en cuir vieilli voire fleuri, c'est le soulier classique mais chic qui est recommandé.

* la low boot: ou botte basse, dans toutes ses variantes semble être un choix revendiqué par de nombreux usagers de la mode qui apprécient son élégance et son confort ainsi que sa compatibilité avec les slims (dont il n'est plus besoin de rappeler le statut de basique) qui tombent parfaitement sur le haut de la chaussure.

La Peltag privilégie la première tendance qui laisse plus de place à la fantaisie et à l'affirmation du look que la deuxième, sans doute un peu trop classique à son goût.

Il est intéressant de remarquer que parmi les individus sensibles ayant participé au débat, aucun n'aura fait l'affront de mentionner comme possible choix les chaussures à bouts carrés, les mocassins à glands ou les santiags.

Cependant, une troisième tendance peut être distinguée qui mérite d'être soulignée en ce qu'elle propose une alternative originale à la chaussure sportive, au soulier ou à la low boot dans un contexte festif: la chaussure de mac comorien. Tout d'abord réfractaire à cette tendance, la Peltag a bien été obligée de constater que la rue et les clubs plébiscitent (encore discrètement, certes) cette chaussure très bien décrite par un usager de la mode, qui semble parfaitement convenir à un look clubby dans la mesure où elle est le signe d'un look étrange mais affirmé et assumé, en complet décalage avec l'utilisation première de cette chaussure, et donc finalement assez intéressant d'un point de vue mode.

La Peltag remercie encore une fois tous les participants de l'avoir aidé à construire cette recommandation générale et espère qu'elle répondra aux attentes des usagers de la mode masculins. La Peltag en profite pour annoncer qu'on été créés à cette occasion des bons points chaussures qui récompenseront les plus belles paires, masculines mais également féminines.

Look, slim et ballerines

La Peltag vient d'être interrogée sur une question relative au slim, qui a fait récemment l'objet d'un avis que les usagers de la mode sont invités à consulter de nouveau.

La question est la suivante: peut-on porter un slim avec des ballerines quand on fait 1,60m, qu'on pèse 54kg et qu'on a plus de 30 ans ?

Tout d'abord, il est à noter que les critères de poids et d'âge peuvent être immédiatement écartés de la question. En effet, chacun doit être capable de déterminer si son âge ou son poids est compatible avec le port d'un slim, car s'il est le nouveau basique en terme de jeanerie, on ne peut que constater qu'il ne sied pas parfaitement à tout le monde. Il ne convient pas ici de fixer une règle qui interdit aux personnes dépassant un certain poids ou âge de porter un slim, car tout est question de morphologie et de conservation du corps. Les différences de répartition du poids entre le haut et le bas ou bien les différences de conservation des corps en fonction de l'hygiène de vie des usagers de la mode sont trop importantes pour qu'une règle s'applique à tant de cas particuliers.

Cette précision étant faite, on peut s'intéresser maintenant à la question de la ballerine.
En effet, il est commun de penser que la ballerine, chaussure généralement fort pratique et mignonne par ailleurs, aplatit la silhouette, et ne convient donc pas particulièrement aux gens petits, à qui l'on recommande en général de porter des talons afin de gagner en centimètres et de rehausser les fesses.
Sur ce point, il est bon de rétablir quelques vérités, car la compatibilité du slim et de la ballerine n'est pas tant question de taille que du type de ballerine et de la circonstance de port du look.

Une ballerine noire, commune et sans intérêt, ne peut être portée avec un slim, voire ne peut être portée tout court. Il faut privilégier les ballerines plus originales, unies mais d'une couleur forte, ou bien à motifs légers et avec des découpes intéressantes (au niveau du décolleté de pieds par exemple).

Par ailleurs, un slim avec une jolie paire de ballerine est un look parfait pour aller faire quelques courses ou pour aller chercher un DVD à louer. Dès que l'on passe à des contextes plus festifs, il est temps de passer aux talons: prendre l'apéritif avec ses amis, sortir en club ou assister à un concert sont autant de circonstances où il est bon de se montrer sous un jour moins casual, avec une allure plus 'habillée'. Or ballerines et look ne font alors plus bon ménage.

La Peltag espère avoir répondu à votre question.