jeudi 11 octobre 2007

Look et mode de recouvrement des jambes

Alors que le froid arrive et que les vêtements d'été à peine portés regagnent déjà les cartons du fond de l'armoire, certains usagers de la mode semblent en difficulté à l'heure de choisir le type de sous-vêtement de jambes qui les protégera du vent glacé de l'hiver.

En effet, chaussettes, collants, bas, mi-bas, laine, voile, mousse, opaque, à élastique...les industriels de la mode ont su créer une variété de produits ayant pour usage le recouvrement de tout ou partie de la jambe. La Peltag publie aujourd'hui sa recommandation en la matière.

Recouvrement du pied:
Soyons claire, pour les hommes il s'agit la plupart du temps de chaussettes, pour les femmes il peut s'agir également de socquettes en voile.
Messieurs, soyez rassurés, en matière de chaussettes, rien n'est interdit SAUF LES CHAUSSETTES DE SPORT A BANDES qui conviennent UNIQUEMENT avec des chaussures de sport que l'on met pour vraiment pratiquer un sport (non, porter une paire de baskets adidas à l'esprit vintage ne signifie pas que l'on est sportif, mais souvent juste qu'on veut être un peu cool).
Toutes les couleurs et tous les motifs sont autorisés, pour peu qu'ils s'accordent avec le pantalon et la chaussure (de manière évidente ou en accord avec les règles du mismatching précisées ici)
Mesdemoiselles, si vous portez des chaussures comme des escarpins (échancrés ou fermés, plats ou à talons), la petite socquette en voile est de rigueur. Attention, si vous devez la choisir d'une autre couleur que noire, veillez bien à ne pas choisir une couleur d'inspiration chair trop foncée, qui donne un aspect bronzé fake raté du plus mauvais effet.

Recouvrement du pied au genou:
Deux catégories de sous-vêtements de jambes sont ici visés: le mi-bas et les jambières (ces chaussettes très hautes qui s'arrêtent à mi-cuisse).
Les mi-bas sont très difficiles à porter: ils cisaillent la plupart du temps la peau en dessous du genou et sont atrocement moches en soi. Cependant, leur praticité reconnue les rend encore indispensables quand certaines conditions sont réunies: ils ne sont pas en mousse mais en voile, ils sont d'une couleur neutre (noire ou chair claire), ils sont renforcés au niveau de la plante des pieds pour ne pas filer lamentablement jusqu'au sommet, ils sont d'assez bonne qualité pour que l'élastique tienne et que le mi-bas ne dégouline pas sur la chaussure après avoir marcher 100 mètres, ils ne sont pas portés s'il est envisagé de se déshabiller devant un quelconque être humain.
Les jambières sont, quant à elles, formellement interdites. Même si certains magazines de mode tentent de nous faire croire en ce moment même à leur retour, il n'est pas raisonnable de penser qu'il peut être joli de se promener avec des jambières telle une adolescente se croyant punk qui assortit les rayures de son tee-shirt à ses chaussettes avec sa mini jupe trapèze noire.


Recouvrement du pied au haut de la cuisse:
Il s'agit essentiellement ici du collant. D'une manière générale, il vaut mieux lui préférer le bas (le must étant les bas couture), tant que la tenue portée est sensiblement plus longue que le niveau où le bas laisse apparaître la peau. Le bas est plus joli, plus sexy et beaucoup plus commode en ce qu'il ne crée pas une ligne de démarcation au milieu du ventre où il s'arrête fréquemment lorsqu'il est bien remonté. Par ailleurs, les bas qui tiennent seuls peuvent être réutilisés à l'infini à condition de mouiller la partie adhésive avant chaque utilisation, pour éviter qu'il ne glisse et finisse au niveau du genou.
Si l'on doit porter des collants impérativement, il faut les choisir voile ET SURTOUT PAS MOUSSE. Les collants en mousse sont FORMELLEMENT interdits par la Peltag. Toute femme de moins de 55 ans vue en train de porter des collants en mousse sera sanctionnée.
Si l'on veut porter des collants fantaisies pour égayer sa tenue, c'est tout à fait possible, mais en matière de collants, la fantaisie se limite à la couleur, car le motif est très souvent affreux. Seules les petites filles ont le droit de porter des collants à motifs coccinelles ou les adolescentes des motifs géométriques funky. En revanche, toutes les couleurs sont possibles, de la plus flashy voire fluo à la plus classique, mais de préférence sur un collant opaque. Soulignons que la Peltag recommande très fortement le collant blanc opaque s'il n'est pas porté avec du noir mais avec des couleurs franches et des chaussures type bottes.

La Peltag ne recommande pas de porter des escarpins avec des chaussettes quand on porte une jupe ou une robe, en revanche elle précise qu'il est possible de porter des chaussures ouvertes avec des collants, si et seulement si ceux-ci sont opaques.

Ainsi parés, les pieds, genoux et jambes seront prêts à affronter l'hiver confiants de leur look.

8 commentaires:

PatCo a dit…

Tout ça impose, me semble-t-il, que la PELTAG se penche sur look et assignation de genre.

Qu'est-ce que la PELTAG entend par «homme» et «femme»? La PELTAG a-t-elle lu Judith Butler?

palast a dit…

qu'en est il de la minisock de Delphine Murat ? (blog.palast.fr pour ceux qui ne connaissent pas) y a t il des recommendations spécifiques pour cet accessoire qui réveille la chaussette et révèle le soulier?

shiningrubis*** a dit…

Peltag réponse express:
Chère Patrick,
la Peltag n'est-elle pas une institution d'avant-garde? Quand la Peltag parle de look pour hommes ou de look pour femmes, elle n'entend pas vérifier que ceux qui les portent ont les attributs génitaux censés définir l'un et l'autre sexe. Si un homme 'biologique' souhaite s'habiller en look femme, la Peltag ne se prononce pas sur l'opportunité ou la pertinence du geste mais sur celles du choix des pièces qui constituent le look. Quand la Peltag interpellent les 'messieurs', elle s'adresse aux individus portant des looks masculins, qu'ils soient homme biologique, wanabe homme in progress, ou femme biologique s'identifiant comme homme.

La Peltag espère avoir répondu à votre question.

shiningrubis*** a dit…

Peltag réponse express:
Cher Palast,
merci au service de veille technologique et concurrentielle de la Peltag d'être si efficace. Il me semble en effet que la minisock présentée ici est tout à fait recommandée à condition de respecter deux conditions: qu'elles soient unies et qu'elles soient portées avec des chaussures suffisament simples pour ne pas surcharger le pied. Il est même envisageable de les porter par dessus un collant opaque de couleur et avec une jolie robe noire pour un look clubby chic mignon.

Clément a dit…

chère Peltag,

Quid de la chaussette masculine dite "fantaisie"(type licence BD-cartoon : un triste exemple à cette adresse http://media.laredoute.fr/product/picture/26370228o_aix.jpg, ou encore les produits de la marque Achille) ?
Je suis surpris à vrai dire de ne pas lire ici de condamnation ferme, car même en procédant à un tri au cas par cas du motif, offrant à la rigueur, dans des contextes extrêmement précis, des possibilités, on doit bien convenir que le port de telles chaussettes constituera dans 90 % des cas une infraction grave.
Votre avis ?

shiningrubis*** a dit…

Peltag réponse express:
Cher Clément,
vous avez tout à fait raison. Dans 90% des cas, le port de telles chaussettes consitue une infraction. La Peltag ayant pour habitude d'envisager les recommandation en s'adressant aux individus sensibles, elle a elle-même tendance à oublier que mêmes ceux là peuvent commettre de tels impairs. Exeunt les motifs Simpson, Droopy et autres Betty Boop.
Le motif Mickey/Minnie quant à lui fait partie des 10% restant.

La Peltag espère avoir répondu à votre question.

PatCo a dit…

Chère PELTAG,

merci ce cette réponse queer et policée à la fois.

sur le dernier point: J'avais déjà remarqué cette indulgence de la PELTAG pour Mickey et Minnie par ex. en matière de tee-shirt. Pourtant, d'autres personnages Disney sont vraiment nases (Riri, Fifi et Loulou pour ne citer que les plus manifestes). Pourquoi?

Crame a dit…

Un avis sur les personnages Disney s'impose.
La Peltage recommande de suivre le troupeau en arborant Mickey et Minnie et je le déplore.
Donald Duck est bien plus rare en motif et, dans sa rage non canalisée, bien plus romantique, se détachant de notre contemporanéité cultivant l'indifférence et les sentiments distancés.
Oui à la prise de risques dans le look ! Oui à la prise de risques dans les engagements et les sentiments ! Oui aux chemises de nuit à franges Pocahontas en guise de tops pour hommes !