mercredi 19 septembre 2007

Look, fripes et nippes

La Peltag a été interpellée par un usager de la mode soucieux de savoir si mode et pauvreté sont compatibles.

"Peut-on porter à une soirée de jolis escarpins violets qui ont la couleur des Marc Jacobs, l'odeur des Marc Jacobs, mais qui ne sont pas du tout des Marc Jacobs et qui, comble de l'absence de chic, sont des André à 99 euros, identifiables à mille lieues à la ronde.
En gros, peut-on être branché quand on est sans le sou ?"

La réponse à cette question est évidemment: OUI.

Tout d'abord parce qu'il est faux de penser que porter des chaussures André est le 'comble de l'absence de chic'. Les notions de chic, d'élégance, de classe, même si elles sont souvent récupérées par les grandes marques du luxe qui espèrent nous faire croire qu'elles en sont les seules garantes, sont en réalité complètement détachées de la cherté des objets. Est-il par exemple raisonnable de penser que les sacs Dior portés par Paris Hilton, bien que très chers, la rendent très chic?
Il est tellement banal de dire que ce n'est pas le prix d'un objet qui en fait sa valeur que c'en est presque insultant de l'écrire; cependant, le parallèle avec le chic reste vrai: ce n'est pas le prix d'un objet qui le rend beau.

Évidemment il serait complètement hypocrite de laisser penser qu'un sac H&M et un sac Chloé se valent (car le prix est tout de même souvent synonyme de qualité), mais l'effet produit peut être tout à fait équivalent (sauf pour ceux qui ne jurent que par l'étiquette, comportement que la Peltag n'a jamais encouragé).

D'autre part, il est un autre lieu commun de la mode qui veut qu'une garde robe réussie est une garde-robe qui allie pièces de créateurs chers, pièces de grandes chaînes abordables et fripes cheap. C'est un principe qu'il est assez difficile de remettre en question tellement son pragmatisme le rend efficace. Mais il doit être nuancé: aujourd'hui, surtout quand on vit dans une grande ville, on a à portée de main des tas de sources permettant de s'acheter des pièces d'exception à des prix défiant toute concurrence. Les pièces d'exception ne le sont pas uniquement parce qu'elles sont très belles ou très originales, mais aussi parce qu'elle sont raisonnabement belles mais très abordables. Les friperies, les brocantes, Belleville, Barbès, Tati regorgent de ces potentielles trouvailles. Bien sûr, parmi elles, des horreurs (comme les robes pseudo éthniques ou les tee shirts imprimés reggae) et il faut savoir choisir les pièces et faire preuve de discernement.

Mais même sans le sou, sans chaussures Marc Jacobs, sans aucune pièce de créateur à sa garde robe, on peut être chic et élégant. Le succès d'un look réside dans la capacité de son concepteur à choisir des pièces incroyables et originales quelle que soit leur origine, à les harmoniser sans tomber dans le total look et à assumer pleinement le résultat.

Et puis franchement est-il possible de dire que les tenues nu rave de M.I.A. sont dépourvues de chic, alors qu'elles coûtent probablement moins de 30£ chacune?

La Peltag espère avoir répondu clairement à votre question.

3 commentaires:

Comité central a dit…

À quand le retour des docs fantaisies, zébrées, à motifs poissons ou visages solarisés ?

shiningrubis*** a dit…

Peltag réponse express:
Cher Comité,
Malgré les quelques tentatives de retour de la Doc qui se sont illustrées par la présence des dites chaussures dans des séries de photographies de mode, il est encore impossible d'envisager même le plus nano retour de la Doc. Il est à craindre que celle-ci ne revienne jamais vraiment.
Toutefois, cela ne doit pas vous empêcher de sortir les vôtres du placard si vous le souhaitez, pour peu qu'elles ne soient pas coquées et assorties d'un look grunge 07 à base de noir et rouge UK.

Charlotte a dit…

People should read this.