lundi 12 mai 2008

Look et chaussures d'été

Alors que le printemps ressemblerait presque à un été, la Peltag publie un avis complémentaire à ses recommandations concernant la préparation de la garde-robe de printemps et se prononce sur quelques DON'T de chaussures d'été :

Les chaussures bijoux : DON'T

Il s'agit des chaussures, et plus particulièrement des sandales, décorées de strass ou de perles ou de pierres semi-précieuses, modèles souvent portées par les stars des tapis rouges chaussées par Jimmy Choo. La Peltag interdit formellement les tongs à strass et autres sandales à diamants incrustés de ce type dont ce créateur s'est fait le chantre inconditionnel. Si la brillance est tout à fait réglementaire et l'effet pailletté dans certains cas également autorisé, l'apposition d'éléments d'inspiration bijou sur des chaussures est bien souvent du plus mauvais effet.

Les sandales à talons trop ouvertes : DON'T

Dans la même veine, on croise bien trop fréquemment, surtout aux pieds des touristes américaines ou anglaises en sortie sur les Champs Élyséens ou des jeunes filles de la côté d'Azur, des modèles de sandales à fines brides très ouvertes de ce type. La Peltag interdit également formellement ce type de sandales à talons qui découvre bien trop le pied. En effet, dans un modèle plat, il n'est pas gênant de voir beaucoup le pied (comme c'est le cas avec des tongs en cuir assez fines) ; un modèle à talon qui découvre beaucoup le pied (et surtout les orteils) est en revanche très vite assimilé à une chaussures un peu vulgaire, sans style, typique d'une tenue de mariage ratée payée chère dans une boutique pseudo chic de centre-ville. L'idéal est que la bande qui couvre les orteils fasse au minimum 1 cm de large sur toute la largeur de la chaussure afin de montrer les orteils en partie et non en intégralité et de soutenir correctement le pied pour une démarche assurée.

Les méduses en plastique : DON'T

Les méduses sont des chaussures en plastique destinées en premier lieu aux enfants afin de protéger leurs pieds à la plage ou sur les rochers des bords de mer. Tout est dit dans cette phrase : même si les adultes sont autorisés à en porter, c'est exclusivement pour aller à la pêche aux moules et pas pour se balader sur le bitume de la ville.
Aussi, le plastique étant un élément assez peu respirant, il n'est pas recommandé de porter par des fortes chaleurs des chaussures en plastique fermées, comme les méduses Marc Jacobs inspirées de son modèle souris (dont la version en cuir est en revanche tout à fait autorisée).

Les low-boots d'été : attention

La vague qui déferle sur les chaussures cet été est celle de la low-boot d'été : c'est une chaussures très couvrante mais ouverte sur le devant et/ou sur l'arrière, généralement à talons très hauts.
La Peltag n'interdit pas formellement cette chaussure mais met en garde les usagers de la mode qui voudraient l'adopter : c'est un modèle qui s'adresse aux plus téméraires des usagers, ceux qui sont sûrs de leur look et assumeront parfaitement cette chaussures assez trash, finalement, et qui interroge sérieusement le principe de saisonnalité de la garde-robe, cher à la Peltag.
Il faut donc privilégier les modèles les plus ouverts possible (pas de low boot complètement fermée et seulement ouverte sur les orteils qui a un effet déséquilibré pas très élégant), et les assortir à un look irréprochable et pas trop chargé.

Enfin, pour toutes les autres chaussures ouvertes autorisées par la Peltag, les usagers sont invités à lire sa recommandation sur le vernis à ongles pour les doigts de pieds dans ce Courrier du lundi de Brain Magazine.

La Peltag espère que ces recommandations vous seront utiles.

4 commentaires:

Olivier Pichou a dit…

Rien ne vous oblige à porter des méduses souris à la pêche aux moules.

Crame a dit…

Je regrette que la Peltag sous-entende que la pêche aux moules est un loisir autorisé.

Jimmy Choo
Olivier Pichou
Jacques Shu
c'est chou

Le B.C.A.P. a dit…

Le BCAP attire votre attention sur deux articles actuellement présents dans les commerces de mode et les chausseurs : La low boot d'été et la maxi-sandale à talons.

la chaussure présentée en exemple dans l'article ci dessus ne saurait être considérée comme une "low boot" d'été , ladite chaussure étant visiblement composée de plusieurs empiècements, certes massifs, mais faisant un echo lointain aux multiples sangles d'une sandale plus traditionnelle.

Nous l'appellerons "maxi sandale à talons". Attention à ne pas confondre cet article de pied avec la "maxi spartiate" (multi sangles ou à lacets).

Une Low boot d'été est reconnaissable à son aspect encore plus fermé, monobloc, et néamoins partiellement ouvert. On pourrait identifier ce type de modèles à une chaussure dite "peep toe" qui aurait muté vers la bottine.

Le BCAP s'en remet aux recommandations de la Peltag quand au port et aux subtilités de saisonnalité de ces articles de pieds.

(Ceci était un communiqué du Bureau de Classification des Articles de Pieds.)

shiningrubis*** a dit…

Peltag réponse express :
Le BCAP a tout à fait raison d'apporter cette précision et la nomenclature proposée est bien plus pertinente.
Nous avons donc la low boot d'été (tendance pee toe) ici et la maxi sandale à talon .