lundi 18 février 2008

Look et pantalons feu-de-plancher

Décidément, on sent que les usagers de la mode ont vraiment envie que se termine l'hiver pour pouvoir passer à la garde-robe de printemps dont la préparation doit être en train de battre son plein chez chacun d'entre vous.

Parallèlement à la remontée des températures, on observe en général le raccourcissement des habits, comme les jupes, même si de nos jours la longueur des vêtements n'est plus nécessairement un signe de saisonnalité des tenues. A ce propos, il est une tendance nouvelle (ou en tout cas pas revenue depuis longtemps) qui préoccupe les usagers de la mode et sur laquelle la Peltag a été appelée à se prononcer : les pantalons feu-de-plancher. C'est ainsi que l'on nomme les pantalons un peu courts qui ont fait leur apparition sur les défilés et dans la rue, constituant une tendance magazine dont l'ampleur semble s'étendre de jour en jour. Et que la Peltag recommande officiellement :



Tout d'abord, notons que l'on peut se féliciter de l'apparition d'une tendance de la mode masculine qui va apporter un peu de nouveauté à une silhouette slim/gilet dont on commence à se lasser (même si les porteurs de pantalons étant des filles comme des garçons, ces recommandations sont unisexes). En plus, le pantalon feu-de-plancher est à la portée de toutes les bourses et pourra être adoptée par le plus grand nombre, sous réserve évidemment de respecter ces quelques règles :

- le pantalon feu-de-plancher n'est pas un pantacourt : il ne peut y avoir plus de 10 cm entre le bas du pantalon et l'os de la cheville

- le pantalon feu-de-plancher n'est pas un baggy : seules les coupes skinny ou très droites tolèrent ces centimètres manquants. Un 501 (pour revenir sur lui) trop court, c'est juste moche et ringard.

- le pantalon feu-de-plancher ne se porte pas avec des baskets : mais avec des chaussures dites de ville (voir les résultats du grand débat sur la chaussure masculine non sportive), ou à la rigueur avec des tennis simples.

- le pantalon feu-de-plancher se porte avec des chaussettes apparentes : donc gare au choix de ces mêmes chaussettes. L'uni reste le plus facile, mais les motifs (avec un pantalon uni) sont tout à fait envisageables et peuvent même constituer un élément de look non négligeable (veiller à respecter les conseils de la Peltag en la matière, ici et ).

- le pantalon feu-de-plancher est un pantalon feu-de-plancher : et non un pantalon long retroussé.

- le pantalon feu-de-plancher est un pantalon : et en tant que tel doit respecter toutes les autres normes de la Peltag sur les couleurs, les motifs, les assemblages...


9 commentaires:

tieri a dit…

L'os de la cheville s'appelle la malléole. Plutôt sympa comme peti nom, n'est-ce pas ?
C'était la minute anatomique.

Mon dieu, je vais devoir refaire ma garde robe de pantalons.

tieri a dit…

"Petit" s'écrit avec un t à la fin. C'était la minute orthographique.

Faune a dit…

Zut, je pensais pouvoir feinter en faisant des mini-revers à mes jeans sur des grosses baskets. Pfff...

herve a dit…

Dans Steak (sorti en juin il me semble) porté par la bande des C.h.i.v.e.r.s

Matthieu a dit…

Message pour Tieri :

« petit » pas "petit"

C'était la minute typographique.

TenderGirl a dit…

Sacré look ce feu-de-lancher...bien porté cela peut être trés rock and roll, sinon..gare au ridicule!!

Votre blog est trés instructif!!

tieri a dit…

Il existe différents guillemets : on distingue en premier lieu le guillemet ouvrant du guillemet fermant car ce signe typographique ne s'utilise que par paires symétriques, à la manière des parenthèses ou des crochets. Leur forme varie selon les marches typographiques :

guillemets typographiques (ou français), en forme de chevrons imbriqués : « (ouvrant) et » (fermant) ;
guillemets anglais : “ (ouvrant) et ” (fermant) ;
guillemets allemands : „ (ouvrant) et “ (fermant)
guillemets droits : " (sans symétrie)

C'était la minute wikipédia

tieri a dit…

Il existe différents guillemets : on distingue en premier lieu le guillemet ouvrant du guillemet fermant car ce signe typographique ne s'utilise que par paires symétriques, à la manière des parenthèses ou des crochets. Leur forme varie selon les marches typographiques :

guillemets typographiques (ou français), en forme de chevrons imbriqués : « (ouvrant) et » (fermant) ;
guillemets anglais : “ (ouvrant) et ” (fermant) ;
guillemets allemands : „ (ouvrant) et “ (fermant)
guillemets droits : " (sans symétrie)

C'était la minute wikipédia

Florent a dit…

Bête d'article !